Conversation avec LOUIS LANGUENOU - organisation des achats internationales

Echange et partage d'expertise de plus de 30 ans en organisation des achats.

Bienvenue à Espace Logistique – la newsletter pour vous faire découvrir les nouvelles innovations logistiques et travailler plus intelligemment.

Si vous êtes nouveau ici, consultez l’article d'introduction pour savoir ce qu'est l'Espace Logistique.

Et, si vous n'êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous inscrire pour les prochains numéros, entrez votre adresse e-mail ici :


Chers amis,

Avant d'aborder cet interview, je voulais juste dire : merci.

Cela a été une année difficile pour nous tous. Socialement éloignés de nos amis, collègues et parents, nous avions tous besoin d'une activité d'adaptation. Certains faisaient différent choses, et moi… je me suis vraiment mis à écrire cette newsletter et travailler sur le magazine.

Écrire en ligne peut être une quête solitaire, rythmée par des moments de surexposition intense. À certains moments cette année, cela m'a définitivement bouleversé la tête. Mais les encouragements de l’équipe, Boujamaa, Laila et les amis que vous avez tous donnés et les références que vous avez faites m'ont aidé à maintenir la motivation dont j'avais besoin pour continuer.

Merci d'avoir allumé la flamme.

Mahmoud


Aujourd’hui nous avons inviter Louis Languenou, expert en organisation des achats internationales sur les PME et les multinationales. Il a une immense expérience sur l’tablissement des procédures, le travail international, les achats, les approvisionnements, le building des équipes, la formation et le coaching professionnel.

Allons-y!


Les achats est un métier évolutif, quel est votre opinion sur le développement de ce métier ?

Les achats en tant que tels existent depuis plus de 80 ans en France et ont considérablement évolués. On peut considérer l’évolution en 3 grandes phases :

  • Durant les 30 glorieuses (1945-1975) :

Le service achats se cantonnait à un rôle administratif, souvent constitué d’un pool de dactylos qui tapait les commandes que les différents services de l’entreprise avaient négocié avec les fournisseurs généralement proches géographiquement de l’entreprise. Les achats ne représentaient souvent que 10 à 15 % du chiffre d’affaires car l’entreprise fabriquait pratiquement tout et s’approvisionnait uniquement en matière première.

  • De 1975 à 1985 :

Les achats en plus des tâches administratives commencent à négocier avec les fournisseurs. Les achats prennent un peu plus d’importance dans l’entreprise du fait de l’augmentation de la part du montant des achats par rapport au chiffre d’affaires (entre 20 et 30 %).

Cette augmentation de la part achats se justifie par le fait que les entreprises commencent à se focaliser sur leur cœur de métier et décident de sous-traiter peu à peu notamment les services (Plomberie, électricité, entretien des espaces verts etc…).

  • La 3ème phase depuis 1985 :

Le service achat devient un « moteur à économie ». Les entreprises sous-traitent tout ce qui ne rentre pas dans le cœur de métier. Les achats représentent plus de 50 % (et parfois + de 70 %) du chiffre d’affaires et les entreprises se rendent compte que toutes les économies réalisées par le service achats se retrouvent dans le résultat.

Les acheteurs sont formés au métier des achats, la négociation n’est plus le seul moyen de faire des économies. Ils travaillent de plus en plus avec les fournisseurs pour trouver des solutions économiques permettant aux fournisseurs de maintenir leur marge tout en réduisant les coûts des produits . Les acheteurs ont pour objectif de réduire les coûts tout en maintenant la qualité, le respect des délais et en réduisant les risques fournisseurs.

Vous avez une expérience nationale et internationale sur les achats avec plus de 25 ans d'expérience. Dites-nous 10 choses que vous avez apprises.

La première chose que j’ai apprise est l’importance du choix des fournisseurs car de ce choix dépend la sécurité des approvisionnements et donc le développement de notre entreprise.

La seconde : est l’importance des codes culturels dans la manière d’aborder l’achat dans tel ou tel pays. On n’aborde pas un fournisseur allemand comme on aborde un fournisseur marocain ou encore un chinois.

La troisième : est l’importance de s’entourer de personnels compétents et qualifiés.

La quatrième : Il est important de se fixer des objectifs et de fixer des objectifs à ses collaborateurs. J’ai toujours eu pour devise cette phrase :

Pour qu’un manager atteigne ses objectifs, il doit aider ses collaborateurs à atteindre les leurs.

La cinquième : la communication interne et externe est d’une importance capitale car partager l’information permet à chacun d’avancer vers un même but.

La sixième : Il faut tout le temps se former et s’adapter aux nouvelles technologies, nouvelles méthodes et nouveaux outils.

La septième : le fournisseur est un partenaire que l’on doit préserver et avec qui les relations doivent être franches et cordiales. Nous avons besoin des fournisseurs comme les fournisseurs ont besoin de nous.

La huitième : la négociation n’est pas la chose la plus importante pour faire baisser le coût. Le travail tel que le co-développement, le co-design, la recherche de l’innovation sont bien plus productifs en matière de baisse de coût.

La neuvième : investir dans la formation c'est conjuguer au présent mais aussi au futur, d’une part le souci des hommes et d’autre part le souci des résultats. Citation de Pierre BLOCH que j’ai appliquée toujours dans mon entreprise.

La dixième : la nécessité de connaître parfaitement ce que l’on achète du point de vue technique et économique.

Au contexte technologique actuel, quelles sont les compétences pour les professionnels des achats pour être compétitifs ?

  • Connaître parfaitement son secteur d’activité et les produits dont il est en charge,

  • Se documenter en permanence pour anticiper les évolutions du marché,

  • Effectuer une veille permanente sur son marché (évolution de la demande, des caractéristiques des produits, visite des salons…),

  • Rechercher et sélectionner les « bons » fournisseurs et les « bons » produits,

  • Savoir évaluer les risques d’approvisionnement,

  • Connaître l’ensemble des procédures achats, approvisionnement, gestion des stocks,

  • Connaître le droit commercial,

  • Maîtriser l’anglais,

  • Connaître les incoterms et les réglementations douanières (contexte international),

  • Rédiger des appels d’offres et évaluer les propositions des fournisseurs,

  • Négocier,

  • Travailler avec les fournisseurs,

  • Suivre les contrats (qualité, délais, livraison, paiement) en lien avec les différents intervenants (fournisseurs, autres services internes),

  • Mesurer la performance achats et fournisseurs.

Comment une entreprise peut optimiser leur processus achats ?

L’entreprise se doit de faire évoluer la fonction achats d’une fonction tactique à une fonction stratégique avec pour objectif :

  • Approvisionner (acquérir les biens et les services nécessaires à l’organisation),

  • Réduire les coûts (afin d’augmenter les marges),

  • Créer de la valeur :

    • Elle doit faire évoluer son organisation vers une centralisation des achats stratégiques et une décentralisation des achats spécifiques à chaque entité.

    • Elle doit favoriser la relation avec les fournisseurs afin de permettre d’obtenir d’eux davantage de valeur.

    • Elle doit favoriser l’évolution des acheteurs « cost-killer » vers des acheteurs « cost-optimizer ».

Quels conseils donnerais- vous aux étudiants et aux jeunes diplômés qui souhaitent commencer une carrière axée achats ?

La fonction achats est une fonction stratégique dans l’entreprise et aujourd’hui les entreprises en ont pris conscience.

Le métier d’acheteur est aujourd’hui un métier stratégique et transversal dans l’entreprise.

C’est un métier d’avenir en Europe et surtout en Afrique où ce métier est encore à ses débuts pour diverses raisons : les entreprises n’ont pas obligatoirement conscience de l’intérêt des achats, une grande partie des entreprises ne sont pas encore des entreprises de transformation des matières premières en produits finis, et enfin le manque d’écoles spécialisées dans la formation des acheteurs (Licence et Master).

C’est un métier passionnant dans lequel on associe les connaissances techniques aux connaissances économiques, géopolitiques, juridiques, logistiques, financières etc….

Quelles sont les capacités nécessaires pour faire une organisation achats performante et efficiente ?

  • Une direction générale consciente de l’importance d’un service achats

  • Une équipe achats motivée et compétente

  • Des pratiques performantes et des résultats visibles

  • Un pilotage dynamique (tableau de bord & reporting)

  • Une gestion coordonnée de la relation fournisseurs

  • Des outils adaptés

  • Une communication achats régulière

Organisation de 5 usines dans le monde n'est pas facile, dites-nous vos apprentissages et conseils d'après cette expérience ?

  • C’est vrai que diriger une direction achats avec des usines dans 5 pays différents est une tâche ardue mais combien intéressante !

  • Pour être en phase avec les objectifs de l’entreprise il faut mettre en place une organisation performante avec d’une part des achats centralisés (matières premières) et des achats décentralisés (pièces détachées machines par exemple).

  • Il faut définir :

    • Des processus et procédures clairs et adaptés.

    • Des objectifs SMART pour chaque usine et chaque acheteur.

  • Il faut être en mesure de suivre les indicateurs de performance usine par usine et suivre les plans d’actions mis en place pour vérifier leur efficacité.

Achats vs Approvisionnements. Quel est votre choix préféré ?

Achats et approvisionnement sont totalement complémentaires et l’un ne peut pas fonctionner sans l’autre.

Mon choix ira vers les achats car plus ouvert sur le monde par la recherche des fournisseurs dans le monde entier.

Quelle est la chose la plus difficile d'être un acheteur ?

De formation financière, ce qui a été le plus difficile pour moi a été d’acquérir la technique. Par exemple la connaissance des matières (aciers, aluminium, cuivre) et leur mise en œuvre pour être utilisées dans nos usines, la connaissance des techniques de fabrication que ce soit la frappe à froid, le décolletage, l’injection plastique et aluminium etc…

Ma curiosité et mon envie d’apprendre et de connaître toutes ces techniques font qu’aujourd’hui je maîtrise l’ensemble de ces domaines et je peux dialoguer sans complexe avec les ingénieurs des bureaux d’études ou en fabrication ou mêmes des ingénieurs commerciaux.

L'autre difficulté concerne la vie de famille : elle est parfois mise « de côté » quand vous devez passer de nombreux jours à vous déplacer pour aller rechercher ou visiter des fournisseurs ou bien vous déplacer au moins chaque trimestre dans les usines.

Mentionner 3 qualités qu'un acheteur devrait avoir ?

Se limiter à 3 qualités me semblent réducteur !!!

  • Humilité

  • Persévérance

  • Honnêteté

  • Résilience

  • Curiosité

  • Ecoute

  • Etc …

Suivez Louis sur LinkedIn .


A la semaine prochaine,

Mahmoud